Prochaine manifestation MPV Paris Du 8 juin au 10 juin 2021 Paris Expo Porte de Versailles
A LA UNE
Smurfit Kappa investit dans le e-commerce

 

« Sans carton, pas de livraison ! » C'est l'entrée en matière de Jean-Christophe Bugeon, PDG de Smurfit Kappa France, lors de la conférence de presse donnée le 4 mars, où il a tenu à invoquer d'entrée de jeu les difficultés rencontrées à cause de la hausse du coût des matières premières. Hausse que le groupe a répercutée sur ses clients. « Un mouvement qui va vraisemblablement se poursuivre », a-t-il précisé, anticipant une nouvelle vague d’augmentations en mars. Et de poursuivre en expliquant « que dans notre industrie, il y a des cycles et que régulièrement, il y a des tensions sur le marché ». Il a aussi précisé que « la Chine produisait différemment, achetant désormais des quantités importantes de papier, en provenance d'Europe mais aussi du continent asiatique. Ce qui explique là encore le déséquilibre entre l'offre et la demande ». Cela mis à part, le PDG est ensuite revenu sur un sujet très tendance, celui du e-commerce. « Un secteur en forte activité, mais qui ne représente que 5 % de notre marché du carton ondulé », relativise-t-il. (On rappelle que le groupe détient en France, au global, 25 % de parts de marché dans le carton ondulé). Il n'empêche : dans un contexte de croissance du e-commerce (112 Mds € de CA en 2020), accélérée par la pandémie, le groupe cherche à développer de nouveaux produits d'emballages pour répondre aux besoins du marché. D'autant que le carton est plébiscité : 70 % des clients seraient prêts à payer 20 centimes de plus pour un emballage sans plastique. Les dernières innovations de Smurfit Kappa seront présentées dans le dossier e-commerce de mars de Pap'Argus.





Rachat

Guillin veut racheter le Groupe Gault & Fremont

Guillin, le spécialiste des solutions d’emballages alimentaires et des matériels associés en PET, CPET, PP, PS, est entré en négociation exclusive avec UI Investissement pour l’acquisition du Groupe Gault & Fremont. Ce dernier, fondé en 1850, est l’un des acteurs majeurs en France et en Belgique de la conception, de la fabrication et de la distribution des sacs en papier, boîtes en carton et papier de cuisson à destination principalement des acteurs des métiers de bouche. Basé à Saint-Pierre-des-Corps dans l'Indre-et-Loire, Gault et Frémont a réalisé un chiffre d’affaires de 66 M€ en 2019 et emploie 270 personnes sur ses 4 sites de production (3 en France et 1 en Belgique). Quant à Guillin, le groupe basé à Ornans dans le Doubs est composé de 26 sociétés en Europe (Guillin, Sharpak, Socamel, Thermoflex, Thiolat, Veripack…) et 16 sites de production qui emploient 2600 salariés. Fondé en 1972, Guillin enregistre un chiffre d'affaires pour 2019 de 657 millions d'euros sur les marchés des métiers de bouche, de l'industrie agroalimentaire, des fruits et légumes et de la restauration collective.

Hygiène

L'italien Lucart acquiert le fabricant britannique de tissue ESP

Selon Lucart, l'acquisition d'ESP soutiendra les efforts d'internalisation du groupe et consolidera sa position sur le segment des produits en papier AfH. La société italienne de papier et de produits hygiéniques Lucart a acquis 100 % du capital social du fabricant britannique de produits de papier tissue Essential Supply Products Ltd (ESP). Les détails financiers de la transaction n'ont pas été révélés. ESP emploie 85 personnes et gère une installation avec cinq lignes de conversion à Malvern, Worcestershire. La société produit et commercialise des produits en papier tissue pour le segment des produits hors domicile (AfH) et réalise un chiffre d'affaires annuel d'environ 30 millions d'euros. Un moyen pour Lucart d'esquiver les difficultés du Brexit et de consolider sa position en Grande-Bretagne.

Restructuration

Nouvelle procédure d'insolvabilité pour Zanders

Le fabricant de papier allemand Zanders a décidé de poursuivre sa restructuration à long terme dans le cadre d'une procédure d'insolvabilité et a déposé une demande auprès du tribunal de district compétent de Cologne, en Allemagne. Au cours de la procédure d'ouverture d'insolvabilité, qui devrait durer deux à trois mois, les opérations commerciales seront maintenues et tous les produits continueront d'être fabriqués. Cela comprend notamment les gammes de papiers et cartons Chromolux, Zanlabel, Zanpack, Silver digital, Zanjet et Zanbarrier. La société a déclaré qu'elle avait été confrontée à de nouvelles difficultés avec la pandémie de Covid-19, ce qui a entraîné une baisse significative des ventes de papiers spéciaux pour les biens de consommation.

Economie circulaire

Lidl fait le choix des emballages en carton de Tetra Pak

Grâce à Tetra Pak, l'enseigne de discount Lidl signe la première brique d’origine végétale à marque de distributeur en France. Cette innovation, rendue possible par un partenariat avec Tetra Pak, s'inscrit plus globalement dans la stratégie RESET Plastic de l'enseigne. Cette approche holistique vise à travailler sur la réduction des emballages, l'éco-conception, la recyclabilité, l'innovation et la recherche. Preuve de son engagement, Lidl se fixe deux objectifs majeurs : atteindre 100 % d'emballages recyclables et réduire de 20 % le plastique utilisé d'ici 2025. Cette nouvelle brique est une nouvelle étape vers plus de durabilité des emballages. Le Tetra Brik Aseptic Edge d'origine végétale permet en effet à Lidl de réduire son empreinte carbone de 19 %. Aussi, le TBA Edge est majoritairement composé de carton certifié FSC, garantissant une gestion responsable des forêts dont il est issu sur les plans économique, environnemental et social. Mais la vraie nouveauté réside surtout dans l'incorporation de plastique d'origine végétale, issu de canne à sucre. Le TBA Edge d'origine végétale est également entièrement recyclable. Une fois triées par les consommateurs, les briques sont collectées par des recycleurs qui les transforment alors en papier, mouchoirs ou encore en mobilier urbain.

Les librairies sont désormais considérées « commerces essentiels »

 

Enfin ! Le gouvernement a fini par reconnaître, par un décret, que les librairies sont des commerces dits «essentiels», tout comme les enseignes alimentaires. Une décision qu’attendaient depuis longtemps les professionnels de ce secteur et les lecteurs. Désormais, les librairies indépendantes et les enseignes culturelles pourront donc rester ouvertes en cas de confinement. Ce décret intervient dans un contexte de reprise de l'épidémie de Covid-19 et alors que le gouvernement réfléchit à d'éventuelle nouvelles restrictions dans vingt départements couvrant Paris, Lyon et Marseille.

Prix et indicateurs

Recevez notre newsletter
Valider