$sql = "SELECT * FROM cates WHERE cateId=" . $_REQUEST["cateId"]; $rs = mysql_query($sql); $objCate = mysql_fetch_object($rs); ?> PAP ARGUS - ACTUS
+ d'actus -

Vente

L'américain IP cède ses activités brésiliennes d'emballage en carton ondulé

Le business continue malgré cette période trouble. International Paper vient de conclure un accord pour vendre ses activités d'emballage en carton ondulé brésilien à Klabin. Montant de l'opération : 330 millions de reais, dont 280 millions de reais à payer à la clôture et 50 millions de reais un an après. L'accord comprend précisément la cession de 7 usines. Pour le reste, pas de changement : IP continuera de gérer ses activités Papiers et Forêts au Brésil. La transaction devrait être conclue au second semestre 2020. L'an passé, IP a réalisé un chiffre d'affaires de 22 milliards de dollars.

Prêt

Plan d'urgence pour les entreprises impactées par le Covid-19

Face à la crise liée à l’épidémie de coronavirus, l’État français appuyé par la Fédération des banques françaises et Bpifrance a mis en place un dispositif exceptionnel visant à soutenir la trésorerie des entreprises. Un bol d'air, notamment pour les entreprises de la filière, qui doivent composer, souvent avec des effectifs réduits, pour maintenir une production nécessaire à la vie du pays. Concrètement, l’Etat se porte garant à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques. Il est précisé que le prêt pourra s’élever jusqu’à un montant représentant 3 mois de chiffre d’affaires et qu’aucun remboursement ne sera exigé la première année. Enfin, les entreprises pourront déterminer le calendrier d’amortissement du prêt et l’étaler jusque sur cinq ans supplémentaires, selon leurs résultats. On ne sait pas encore quelles entreprises du secteur pensent y recourir, ni surtout celles qui pourront y prétendre
après les restructurations récentes...

Courrier

Le Covid-19 oblige La Poste à tourner au ralenti

 

L'épidémie touche de plein fouet l'activité de La Poste, obligée de s'adapter en conséquence. Premièrement, l'imprimerie de La Poste, installée à Boulazac, en Dordogne, aurait détecté des cas possibles de coronavirus. Ce qui a contraint l’entreprise à prendre des mesures et à réduire l'activité, avec un nombre très restreint d'effectifs. Par ailleurs, il a été décidé qu'à partir du 30 mars, La Poste ne devrait distribuer le courrier (et donc les journaux) que trois jours par semaine. En résumé, les Français devront s'attendre prochainement à des retards dans la distribution de leurs courriers et colis. Ce qui contrarie au premier chef les éditeurs de presse ! D'autant que de nombreux points de vente aussi ont fermé, environ 3 000 points de vente à date, y compris les Relay dans les gares et lieux de transport. Ce qui représente 17 % du chiffre d’affaires en temps normal.

Production

Lecta assure la continuité de son activité

 

Le papetier espagnol déclare avoir déclenché tous les mécanismes nécessaires pour garantir la continuité de son activité et la prestation de ses services, tout en renforçant les mesures de sécurité et de santé dans tous ses centres, conformément aux recommandations gouvernementales : mise en place de plans rigoureux visant à renforcer les mesures d'hygiène et de nettoyage, arrêt des réunions, limitation du nombre d'employés dans les espaces communs, mise en place du télétravail… Objectif : garantir la chaîne d'approvisionnement des biens de première nécessité. Par ailleurs, pour consolider sa position de leader sur les marchés de l'Espagne, de la France, du Portugal et de l'Italie, Lecta a regroupé son activité de distribution sous un même nom, Lecta Distribution Group. Il a profité de ce changement pour moderniser son image et les contenus de son web lectadistribution.com où l'on peut consulter les sites des quatre distributeurs, Torraspapel Malmenayde en France, Torraspapel Distribución en Espagne, Torraspapel Portugal au Portugal et Polyedra en Italie. Au total, le groupe compte plus de 20 000 clients actifs, 650 marques et presque 23 000 références sur le marché.

Restructuration

Le constructeur allemand Heidelberg va supprimer 2000 postes dans le monde

Radical : c'est le qualitatif qui vient immédiatement à l'esprit quand on analyse le plan d'actions mis en place par la direction de Heidelberg (2,4 milliards d’euros de chiffre d'affaires sur le dernier exercice), spécialisé dans les machines pour l’impression offset en feuille ou bobine, la sérigraphie et l’impression numérique. Face à la crise du Covid-19, le groupe a initié un vaste programme de restructurations qui comprend notamment la suppression de 2000 emplois dans le monde et la fermeture de plusieurs sites de production. Objectif pour le constructeur : se recentrer rapidement sur son cœur de métier. Qui précise qu'il abandonne ainsi les produits qui ne gagnent pas assez d’argent comme la Primefire, sa presse numérique feuille dédiée, entre autres, à l’emballage, et les machines pour l’impression très grand format. Heidelberg évalue en effet à 50 millions d'euros la perte sur ces gammes de produits. Au final, le groupe pense que le redressement dans ses comptes ne se fera sentir qu’à partir de l’exercice 2021-2022.

Production

Covid-19 : Hamelin ferme 3 papeteries

Le gouvernement a beau insister sur la nécessité de maintenir l’économie à flot, les salariés s'inquiètent, réclament des précautions et, pour certains, vont jusqu'à demander la fermeture des sites. C'est le cas des salariés du groupe Hamelin, premier fabricant de cahiers européen, qui ont réclamé la fermeture, par précaution, de leur entreprise. La direction a donné son accord et annoncé l'arrêt de toute activité, pendant deux semaines, dans ses usines de Caen, Moult (Calvados) et Nersac (Charente). 550 salariés sont concernés.

Tissue

Essity : la production de Lilla Edet en Suède de nouveau opérationnelle

C'est un ouf de soulagement qu'ont poussé les équipes de l'usine de Lilla Edet, qui produit du papier hygiénique commercialisé sous la marque Edet. En effet, la production a dû être stoppée sur une machine à papier en raison d'un incendie. Un incident qui s'est révélé mineur au final, sans incidence ni sur les équipes ni sur le matériel. De fait, l'usine a redémarré la production quelques heures après l'incendie. Les dirigeants d'Essity ont affirmé que l'incident n'aurait aucune conséquence sur la livraison des produits d'hygiène, surconsommés actuellement à cause de la pandémie. Et ont insisté sur le fait qu'ils n'auraient aucun problème pour répondre aux demandes.

Aide financière

Covid-19 : 45 milliards d’euros pour soutenir les entreprises

Le Ministre de l'économie Bruno Le Maire a officialisé un plan de soutien de 45 milliards d’euros pour soutenir les entreprises et les salariés, notamment avec le report du paiement de toutes les charges fiscales et sociales dues par les entreprises, frappées de plein fouet par l’épidémie de Covid-19. Dans la foulée, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé la mise en place d'une enveloppe d'un montant de 300 milliards d'euros visant à garantir les prêts sollicités par les entreprises à leurs banques. Le but premier de ces aides est bien évidemment d’éviter le licenciement en masse. Et d'amortir le plus possible l'impact de l'épidémie dans l’économie française. « Le soutien de l'Etat aux entreprises pourrait aller jusqu'à la nationalisation si nécessaire », a ajouté Bruno Le Maire.

Coronavirus

En Chine, des livreurs de repas à domicile distribuent des livres

Le confinement épargne les livreurs de repas à domicile… Qui se voient attribuer une nouvelle mission en Chine : la distribution de livres. Une initiative originale et qui permet de préserver un peu le monde des libraires, mis à mal, comme la majorité des commerces par l'épidémie du COVID-19. Précisément, les librairies de Pékin ont noué un partenariat avec Meituan-Dianping, une application de livraison de repas à domicile. Il suffit dès lors aux clients de passer commande dessus pour se faire livrer les ouvrages en même temps que leurs repas. A noter que ce projet a pu voir le jour grâce à l'appui du gouvernement municipal de Pékin.

Naming

Torraspapel Malmenayde devient Lecta Distribution Group

Pour consolider sa position de leader sur les marchés de l'Espagne, de la France, du Portugal et de l'Italie, Lecta, le papetier basé en Espagne, regroupe son activité de distribution sous un même nom. Ainsi les distributeurs Torraspapel Malmenayde en France, Torraspapel Distribución en Espagne, Torraspapel Portugal au Portugal et Polyedra en Italie deviennent Lecta Distribution Group. Lecta Distribution Group a profité de ce changement de nom pour moderniser son image et les contenus de son web lectadistribution.com où l'on peut consulter les sites des quatre distributeurs. Au total, le groupe compte plus de 20 000 clients actifs, 650 marques et presque 23 000 références sur le marché.

Acquisition

L'américain Graphic Packaging rachète la division emballages de biens de consommation de Greif

Le spécialiste américain des emballages industriels Greif voulant se recentrer sur la production et le reconditionnement de grands récipients vrac et sur le carton ondulé, il a décidé de céder sa division emballages de biens de consommation. Celle-ci réalise un chiffre d'affaires annuel de 200 millions de dollars et comprend 7 usines, toutes basées aux Etats-Unis. Le repreneur, Graphic Packaging, est spécialisé lui dans les solutions à base de papier-carton pour l’alimentaire, les boissons et les biens de consommation. Il a réalisé un chiffre d’affaires de 6,1 milliards de dollars en 2019. Montant de la transaction : 85 millions de dollars. L'opération devrait être bouclée au 31 mars 2020. Une fois l'intégration de la société complètement finalisée, Graphic Packaging prévoit un excédent brut d’exploitation d’une vingtaine de millions de dollars par an.

OPA

HP rejette encore l'offre de rachat de Xerox

C'est une fin de non-recevoir pour Xerox, qui a réalisé 9 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2019. Malgré le relèvement de son offre publique d'achat, qui est passée de 24 à 35 milliards de dollars, le constructeur américain de matériels d’impression n'a pas réussi à convaincre son compatriote HP. Toujours pour le même motif : pour le géant informatique HP, le montant proposé par Xerox ne correspond pas à sa véritable valeur. Par ailleurs, le numéro un mondial de l’impression et numéro deux des PC (58,7 milliards de dollars de chiffre d’affaires) n'a pas manqué de souligner la baisse des ventes de Xerox. Déception pour Xerox, qui a pourtant fait miroiter un argument de poids : celui de 2 milliards de dollars de synergies avec ce rapprochement.

Reprise

Nouveau départ pour le papetier allemand Feldmuehle

C'est un bon début d'année pour Feldmuehle, spécialisé dans les papiers pour étiquettes et emballages souples. Au cours des deux premiers mois, l'entreprise a dépassé ses objectifs de vente. Le développement de nouveaux produits - notamment basés sur le recyclage des fibres - porte ses fruits. En conséquence, le 1er mars 2020, la direction de la société a décidé d'anticiper tous ses paiements auprès de ses créanciers, remboursant ainsi ses prêts en totalité avant la date butoir du 30 juin 2021. Soit 15 mois à l'avance. Ce qui est de bon augure pour l'avenir. Pour mémoire, depuis le 15 juin 2018, la société fait partie de Kairos Industries, basé à Berlin.

Nomination

DS Smith nomme une directrice en charge de la substitution du plastique

Le développement durable est à la mode ! Après International Paper, c'est au tour de DS Smith de créer un poste de direction en matière de recherche et de développement durable. Il est dévolu à Susana Aucejo. En tant qu'ingénieur chimiste titulaire d'un doctorat en emballage alimentaire, le Dr Aucejo est également titulaire d'un MBA de l'IESE Business School, d'un MSc en technologie alimentaire de l'IATA et détient cinq brevets. Le Dr Aucejo a rejoint DS Smith après une expérience pour l'ITENE, un institut de recherche privé spécialisé dans les technologies d'emballage, de logistique et de mobilité. Elle y a passé 18 ans en tant que responsable du secteur de l'emballage et directrice de la R&D. Son rôle, chez DS Smith va consister à s'occuper du remplacement des plastiques et du développement de solutions barrières innovantes. Elle a aussi pour mission de développer davantage la gamme de carton ondulé recyclable du groupe britannique.

L'ancienne papeterie d'Arjowiggins Le Bourray va fabriquer du tissue recyclé

La diversification est de mise pour l'ex-usine d'Arjowiggins Le Bourray, revendue en avril 2019 à la famille Bourdin, propriétaire du fabricant de tissue CGMP. Elle démarrera en juillet prochain la fabrication de tissue recyclé. Il est aussi prévu qu'elle fabrique ensuite du papier de soie à partir de pâte chimique et de papiers récupérés. Capacité estimée : jusqu'à 30 000 t/an de papier de soie. Pour arriver à cette diversification, la MAP 4 sera convertie d'ici fin juin. A date, environ 10 % de la production de Papeterie Le Bourray est utilisée par CMPG pour la production de produits en tissue. Les 90 % restants sont vendus sur le marché. Pour mémoire, CMPG est un fabricant de nappes et de serviettes de table. L'entreprise, qui emploie 140 personnes, produit jusqu'à 10 millions de serviettes et 2000 km de nappes par jour.

Nomination

L'américain International Paper nomme son premier directeur du développement durable

Création de poste chez l'un des principaux producteurs du monde d'emballages, de pâtes et papiers à base de fibres renouvelables : celui de directeur du développement durable. C'est Sophie Beckham qui se voit attribuer le poste chez le papetier américain. Sa mission : mener à terme le plan développement durable baptisé « Vision 2030 » de l'entreprise. Sophie Beckham a rejoint International Paper en 2013. A l'époque son rôle consistait à s'occuper de la gestion forestière et de l'environnement.

Plan de relance de Condat

 

Enfin ! Les 457 salariés des papeteries de Condat, qui vivaient dans la menace d'une fermeture du site (confronté à une baisse structurelle du marché du papier couché et à un coût de l’énergie moins compétitif qu’ailleurs), ont été soulagés d'apprendre le coup de pouce de la région Nouvelle-Aquitaine, qui leur octroie 19 millions d'euros. Dans la foulée de cette mesure, la secrétaire d'Etat à l'économie Agnès Pannier-Runacher a annoncé une aide de l'Etat de 14 millions d'euros via l'Ademe et l'effacement de la moitié de la dette. De quoi permettre le plan de relance des papeteries de Condat. L'idée étant de reconvertir la ligne 8 (arrêtée depuis avril 2019) pour produire du papier adhésif et de mettre en place une nouvelle chaudière pour réduire de près de 30 000 tonnes par an les émissions de CO2 de l'usine. Et rétablir ainsi la compétitivité énergétique du site. Ce vaste plan d'aides va permettre à l'actionnaire principal, le groupe espagnol Lecta de tenir son engagement et d'investir 92 millions d'euros.

Acquisition

Le groupe chinois Dongfang achète 60 % du fabricant italien de machines BP Agnati

 

Précisément, c'est la filiale italienne de Dongfang, Fosber, spécialiste de machines et d'équipements pour le carton ondulé qui est à la manoeuvre. Il bénéficie d'une bonne position parmi les principaux fournisseurs mondiaux de lignes complètes de carton ondulé ainsi que de machines individuelles pour la production d'emballages en carton ondulé. La société basée à Lucques est une filiale à part entière du groupe chinois Dongfang Precision depuis septembre 2017. Pour mémoire, l'année dernière, Fosber avait acquis une participation de 70 % dans Tiruña Grupo Industrial (TGI), un producteur espagnol de rouleaux ondulés et de rouleaux presseurs avec des sites de fabrication en Espagne, en France, en Chine et aux États-Unis. Quant à BP Agnati, il s'agit d'un fabricant italien traditionnel d'onduleuses avec une présence mondiale et plus de 90 ans d'expérience. La société a enregistré un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros en 2019.

L'italien Cartiere Carrara finalise le rachat de Carind et de CRC

 

Belle opération de croissance externe réalisée par le groupe familial spécialisé dans le papier à usage sanitaire et domestique. Le groupe italien, qui emploie 600 personnes en Italie et exploite six usines de tissue d'une capacité de 240 000 tonnes par an, reprend Carind qui gère une usine de production à Arpino et qui fabrique des produits en tissue. Egalement, il rachète CRC qui exploite une usine de transformation à Sermoneta et produit du papier hygiénique, des essuie-mains et des serviettes. Les deux sociétés sont basées dans la région du Latium et réalisent un chiffre d'affaires global de 35 millions d'euros. Avec leur consolidation, le nouveau Groupe Cartiere Carrara dépasse les 300 millions d'euros de chiffre d'affaires. Dans la foulée, le groupe prévoit le démarrage d'une nouvelle ligne de tissue de 40 000 tonnes/an dans son usine de Carma Ferrania.

Restructuration financière

Recapitalisation de l'espagnol Lecta

En procédant à cette restructuration financière, le groupe Lecta permet la conversion d’une dette obligataire de 600 millions d’euros en nouveaux titres de dette et en capital. Cette opération va lui apporter une flexibilité financière supplémentaire qui va l'aider à poursuivre sa transformation en une société de papier de spécialité. Cette recapitalisation va notamment permettre d’achever la restructuration des papeteries de Condat, filiale française du groupe, en convertissant une ligne de production aujourd’hui à l’arrêt (papier couché) vers du papier pour adhésif pour étiquettes et la construction d’une chaudière biomasse. Pour mémoire, le groupe Lecta est présent dans 10 pays et dispose d’usines dans ses trois pays d’origine à savoir, l’Espagne, la France et l’Italie. Au cours de l’année 2018, le groupe Lecta a réalisé un chiffre d’affaires de 1,486 milliard d’euros et emploie 3 205 personnes.

Départ

Le suédois Södra voit partir son Pdg, Lars Idermark

A 63 ans, Lars Idermark, Pdg de Södra, décide de quitter ses fonctions. Lars Idermark avait été nommé au conseil d'administration de Södra en 1999, mais avait démissionné à l'expiration de son mandat en 2010. Il avait ensuite été nommé président-directeur général en décembre 2012 et avait pris ses fonctions en mai de l'année suivante. A l'époque, il s'était vu confier la lourde tâche de trouver une direction rentable à un moment où toute l'industrie forestière était durement touchée par la récession. Mission qu'il avait accomplie avec succès, comme l'a reconnu le président Lena Ek, qui va par ailleurs gérer le processus de recrutement de son successeur. « Les 52 000 propriétaires forestiers familiaux dévoués de Södra, plus de 3 000 employés et 1 800 employés sous contrat sont reconnaissants envers Lars. Grâce à lui, Södra est devenue une entreprise stable, rentable, durable et innovante. »

10 millions d'euros pour Be Paper

Bon début d'année pour Be Paper ! Le nouveau groupe fondé par Henri Bréban et et dirigé par Damien Bridoux séduit les investisseurs et vient de lever plus de 10 millions d'euros. 6 millions d'euros ont été apportés par les banques régionales, LCL, Banque Postale et Crédit Agricole Nord de France, ainsi que par la BPI et le Fonds Régional de Garantie (FRG). CAP 3RI, la société d’investissement dédiée à la 3ème Révolution Industrielle en région Hauts-de-France, a complété le tour de table avec 3 millions d'euros. Objectif : permettre à Be Paper d'accélérer sur son activité de fabrication de papier pour ondulé (PPO). Pour mémoire, la reprise en 2018 de l'ex-papeterie ArjoWiggins a permis à Be Paper de développer une activité de production de papier pour ondulé (PPO), notamment à faible grammage (60 à 80 g/m2) à partir de vieux papiers recyclés. Le site, qui est en production depuis l'été 2019 devrait atteindre la pleine production (200 000 tonnes/an) dans le courant de l'année 2020. Aujourd'hui, Be Paper compte 280 salariés et réalise un chiffre d'affaires de plus de 35 millions d'euros avec trois entreprises du secteur de la papeterie et de l'emballage en carton plat et ondulé : Express Packaging, Express Découpe et l'usine à papier Wizpaper toutes situées dans le Pas-de-Calais.

Acquisition

Photoweb rentre au capital Fizzer

Fizzer, la jeune pousse à l'origine de l'appli permettant d'envoyer des cartes à partir de ses propres photos, annonce son rapprochement avec Photoweb (groupe Exacompta Clairefontaine contrôlé par la famille Nusse), en cédant dans un premier temps 60 % de son capital. L’entreprise normande, qui compte plus d’1 million d'utilisateurs dans le monde, représentaient pour le géant de la papeterie une opportunité de se développer sur un secteur complémentaire, celui de la carterie personnalisée. « Fizzer était le maillon manquant pour faire de la divisio, Digital Photo d’Exacompta Clairefontaine un acteur européen de premier plan. Le secteur de la carte et du faire-part est stratégique pour nos activités et nous voulions un jeune acteur dynamique, européen et mobile à la fois. C’est chose faite avec l’acquisition de Fizzer », a commenté Laurent Nusse, Directeur Général de Photoweb. Avec ce rapprochement, Fizzer bénéficiera de l’expertise d’un acteur historique, tout en s’appuyant sur son soutien financier, mais également matériel avec ses unités de production situées près de Grenoble. La start-up ambitionne de dépasser les 5 millions de cartes en 2020.

La société de capital-risque IOP rachète le papetier Midwest Paper

Les opérations de rachat se poursuivent en 2020 : pour preuve, l'année démarre avec la transaction réalisée par Industrial Opportunity Partners (« IOP »), une société de capital-investissement basée à Evanston dans l'Illinois. Elle acquiert le papetier Midwest Paper, installé à Combined Locks, dans le Wisconsin. Celui-ci est spécialisé dans la distribution de caisses en carton recyclé de haute qualité. L'usine a une capacité de production annuelle de 400 000 tonnes, via trois machines à papier. C'est Dave Mackin, directeur d'exploitation d'IOP qui assumera les fonctions de président de Midwest Paper.

OPA

Xerox démontre qu'il a la capacité de s'offrir HP

Suite du feuilleton HP/Xerox ! Malgré l'insistance de Xerox, le groupe américain de PC et de machines d'impression numérique n'est toujours pas convaincu et ne donne pas son accord pour passer sous son giron. Pourtant, Xerox montre patte blanche et annonce qu'il a obtenu 24 milliards de dollars d'engagements de financement de la part de Citi, Mizuho et Bank of America. Autrement dit, l'essentiel du montant pour cette OPA évaluée à 33,5 milliards de dollars. Pour autant, HP estime toujours que la proposition de Xerox sous-estime considérablement HP. Dans ces conditions, il n'est pas question, pour HP, de céder aux avances de Xerox. Pour rappel, HP réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires presque six fois plus élevé que Xerox pour une capitalisation boursière trois fois plus importante, à environ 29 milliards de dollars contre 8 milliards. Suite au prochain épisode ?

Stora Enso cède son usine de Pfarrkirchen

C'est la société de capital-investissement DUBAG et son fonds d'investissement LEO qui ont trouvé un accord avec Stora Enso pour la cession de son usine de KVH (un matériau de construction en bois massif) situé à Pfarrkirchen en Bavière. Le site, qui produit environ 145 000 m3 par an, emploie 90 collaborateurs. Cette vente fait partie du programme de protection des bénéfices du papetier finlandais (10,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018) et s’inscrit dans la transformation stratégique du groupe, ce site étant jugé trop isolé par rapport aux autres. La transaction, qui devrait être finalisée au premier trimestre 2020, entraînera une réduction des ventes annuelles de Stora Enso de l'ordre de 40 millions d’euros.

Fermetures

C'est la course contre la montre pour les salariés de Chapelle Darblay

C'est aujourd'hui, le 13 janvier, la date fixée par le groupe UPM pour démarrer le processus de fermeture du site de Grand-Couronne si aucun repreneur n'était trouvé. Or, cinq se sont manifestés ; ils sont intéressés par l'usine de recyclage de papier des bords de Seine et trois l'ont visitée. Une commission industrielle avec le Préfet, les syndicats, les élus et la direction française du groupe UPM s'est tenue le 7 janvier pour discuter des projets. Mais rien n'a encore filtré si ce n'est qu'un report de la date butoir est demandé.

Rachat

Draeger La Carterie s'empare de la marque de papeterie Toga

Forte de plus de 130 ans d’histoire, Draeger La Carterie (40 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel) renforce son expertise en intégrant Toga à son portefeuille de marques (Draeger, Hallmark, La Carterie, Nouvelles Images et Yvon). Spécialisée dans la carterie, l’emballage cadeau, les agendas, les calendriers et la décoration murale, l'entreprise familiale ajoute ainsi une corde à son arc en diversifiant son offre dans le domaine des accessoires créatifs sur les créneaux du papier, des loisirs enfants, du scrapbooking, du DIY et de la custom fashion. Toga, créée en 2003, propose un panel de plus de 200 nouveautés par an.

Départ

Peter Oswald, Pdg de Mondi, quittera ses fonctions fin mars

Changement de top management pour le groupe africain Mondi : Peter Oswald quittera ses fonctions de Pdg et du conseil d'administration de Mondi le 31 mars 2020. C'est le directeur financier (CFO) de Mondi, Andrew King, qui assurera le poste de Pdg par intérim après le départ de M. Oswald et jusqu'à la nomination d'un successeur. M. Oswald avait rejoint Mondi en 1992 et occupait le poste de Pdg du groupe depuis mai 2017.

L'allemand Voith et l'italien Toscotec ne font plus qu'un

L'année démarre sur les chapeaux de roue dans l'industrie papetière avec l'opération de rapprochement conclue entre Voith et Toscotec, deux fournisseurs importants de machines. Dans les faits, le groupe technologique allemand Voith prévoit d'acquérir 90 % des actions du constructeur italien Toscotec. Alessandro Mennucci, Pdg de Toscotec, conservera une participation de 10 % dans la société. A noter que la transaction ne changera en rien les activités de Toscotec, qui conservera son portefeuille de produits et ses sites, tout en continuant à se concentrer sur les machines pour produire du tissue tel que des lingettes de cuisine, des serviettes en papier ou du papier toilette. La société, qui a son siège à Lucques, en Italie, réalise un chiffre d'affaires annuel d'environ 100 millions d'euros.

Reprise

Fin de la procédure d'insolvabilité de Feldmuehle

Après l'approbation unanime de tous les créanciers le 16 décembre 2019 du plan d'insolvabilité soumis par la direction de l'un des principaux fabricants européens de papiers spéciaux, le tribunal compétent de Pinneberg a suspendu sa procédure d'insolvabilité le 2 janvier 2020. La société a su faire accepter le plan de financement avec ses partenaires financiers, qui garantit la pérennité de l'entreprise. Au préalable, Feldmuehle avait aussi procédé à des restructurations en 2019 pour remettre ses comptes à niveau. Ce qui a aussi participé à convaincre le tribunal. Feldmuehle a aussi pris plusieurs initiatives pour aller de l'avant. La première a consisté à lancer des programmes pour réduire l'énergie primaire et utiliser des énergies alternatives dans la production. La seconde a porté sur le développement de nouveaux produits. Notamment, Feldmuehle a démarré deux projets : l'un concerne l'utilisation des vieux papiers, l'autre le recours aux produits spéciaux pour emballages souples.

Recevez notre newsletter
Valider